Pass' Nature

Daily Green #20

Bienvenue sur cette 20e édition de Daily Green.

Nous avons désormais le choix entre les terrasses ensoleillées ou les salles obscures, et cela sonne comme un renouveau. On ne peut s’empêcher de penser à la phrase de Pablo Neruda “Le printemps est inexorable”, encore affichée sur les façades des médiathèques deux mois après le début de la saison… comme si elle avait tardé à fleurir. Il est là !

Feu vert !


🌳 .Daily Green ?

Vous venez d’arriver sur cette page, bienvenue. Daily Green est une newsletter bi-mensuelle sur la place de la nature en ville et comment elle peut répondre aux enjeux du changement climatique. Les initiatives sont nombreuses et les acteurs gonflés à bloc.😉


🌳 En Bref

Une fois n’est pas coutume, je voulais partager avec vous les semaines écoulées. J’ai eu l’occasion de tester la plateforme MyCo2 portée par Carbone4. En répondant à de nombreuses questions sur votre vie quotidienne, votre alimentation, vos trajets domicile-travail, vos voyages, vous êtes informé de votre impact carbone. Pour ma part c’est 5249 kg CO2 / an, et vous ?

J’ai échangé avec Manon sur le projet Ecoten auquel elle participe: il s’agit d’une start-up qui accompagne les villes dans l’évaluation de leur situation thermique, afin de définir des zones à cibler pour agir efficacement, en vue de réduire les îlots de chaleur. Des simulations sont effectuées en fonction du microclimat urbain et prennent en compte les données météorologiques et la morphologie de la ville.

On a parlé de l’importance des arbres avec David Happe . Son avis : il était préférable de parler de collectifs d’arbres plutôt que de forêt urbaine. D’ailleurs à partir de combien d’arbres peut-ont parler de forêt ? Expert arboricole, David est aussi l’auteur du livre “Arbres en Péril”.

J’ai eu le plaisir de lire la newsletter d’Océane, Greenscale, avant son lancement officiel. Une initiative qui vise à accompagner les organisations de toutes tailles et de tous secteurs à améliorer leur politique RSE et éco-responsabilité.

Et si on échangeait


🌳 La nature au chevet de la santé

Dans la dernière newsletter Opération Canopée, j’avais abordé l’initiative menée par la ville de Philadelphie. En couvrant 30% de la surface de la ville d’une canopée, on pourrait sauver chaque année plus de 400 personnes d’une mort prématurée. Cette semaine, je vous propose de continuer sur cette thématique, comment la nature en ville est source de santé et de bien-être pour les citadins. Voilà quelques extraits de l’étude portée par Plante&cité.

Les espaces de nature en ville ont un effet bénéfique sur la fatigue mentale et facilitent le rétablissement des capacités d’attention et de concentration. Plusieurs caractéristiques pourraient faciliter ce processus : la mise à distance, le détachement d’avec ses préoccupations et pensées quotidiennes. C’est également la fascination que l’on peut éprouver face à l’environnement naturel. Le simple chant d’un oiseau par exemple peut nous permettre de nous focaliser sur l’instant présent. Cette restauration de l’attention est alors directement associée à une réduction du stress et un relâchement bénéfique.

Le déficit de nature, le manque de contact prolongé et régulier avec la nature, entrainent des coûts psychologiques, physiques et cognitifs, et tout particulièrement pour les enfants. Les conséquences constatées sont nombreuses : la hausse des troubles anxieux et dépressifs, l’obésité ou les maladies cardiovasculaires. A contrario, le contact des citadins avec leurs espaces de nature constitue un échappatoire au rythme effréné de la ville. Cela se caractérise par une atténuation du niveau sonore urbain, un retour au calme et à la tranquillité mêlé à un sentiment de dépaysement.

Les espaces de nature en ville favorisent la pratique d’activités physiques. Des études européennes ont ainsi démontré que les citadins vivant dans les régions avec une forte densité de nature, sont plus enclins à pratiquer une activité sportive, et par conséquent à moins souffrir d’obésité. Les végétaux permettant de réduire la pollution atmosphérique, ils ont un impact direct sur la diminution des maladies respiratoires. Et pour ne pas gâcher notre plaisir, les espaces naturels augmenteraient l’espérance de vie, amélioreraient notre système immunitaire. Et l’exposition à la lumière du soleil (vitamine D) améliorerait notre sommeil.

L’Organisation Mondiale pour la Santé estime ainsi que 3,2 millions de décès par an sont dus à une inactivité physique, souvent associée au mode de vie urbain et à l’usage accru de l’automobile (OMS 2017)

Pour combler l’animal social que nous sommes, la nature en ville a des effets bénéfiques sur la réduction du sentiment de solitude. Les espaces de nature ont été identifiés comme lieux de rencontres, et créateurs de lien sociaux. Il suffit de se rendre sur les aires de jeux où se réunissent enfants de tout âge, parents, familles . Dans les quartiers, ils renforcent un sentiment d’appartenance communautaire et d’attachement affectif entre les habitants. Enfin la création de nouveaux espaces de nature dans des quartiers défavorisés permet d’y réduire la criminalité.

Je vous invite à découvrir cette excellente étude détaillée. Elle apporte des éclairages précis sur la nature en ville, mais évoque également ses limites.

Lire l’étude de Plante et cité


📚… A lire cette semaine

🚜 [La plupart des gens ne reverront jamais les étés de leur enfance ]: dans cet article, il ne s’agit pas de sombrer dans le catastrophisme, mais de reconnaître que les prédictions et les scénarios ne sont pas bons, multiplications des vagues de chaleurs, villes irrespirables, arrêt des infrastructures énergétiques faute de pouvoir les rafraîchir. ➟ En savoir plus.

[La merveilleuse présence des mathématiques dans la nature] Article intéressant sur les similarités mathématiques que l’on peut retrouver dans la structure des éléments naturels. L’abeille, la cigale ont leur code à décrypter . Que ce soit notre volonté de comprendre le langage de la nature ou celle de la rendre compréhensible pour mieux l’étudier, elle reste fascinante… ➟ Lire la suite

[De la forêt civilisée à la ville végétalisée ] L’écologie historique pourrait apporter un nouvel éclairage sur la place de l'homme dans la nature et dans la construction de l’espace urbain ➟  En savoir plus

[Post R - voyage pédagogique sur l’état du monde] Support pédagogique multimédia, ce nouveau projet de L’Institut des Futurs souhaitables, nous invite en une quinzaine de minutes à mieux comprendre les grands enjeux actuels (biodiversité, climat, sécurité alimentaire, énergie) pour mieux appréhender notre monde. Douze thématiques (pour l’instant 6 sont ouvertes) qui ouvrent des pistes de réflexion sur l’avenir. ➟ Découvrir Post R


Et pour finir avec un peu d’humour, une leçon d’urbanisme, d’esthétique et de végétalisation signée Benoit Poelvoorde, dans le film “C’est arrivé prés de chez vous”.


Si vous avez aimé, merci de partager, cela m’aide à faire connaître Daily Green. Prenez soin de vous !!

Share La newsletter Daily Green


Relire la newsletter précédente

*Cities on the route to 2030, Carbone4, Image d’illustration : Unsplash